Thann Conseil : passes d’armes entre majorité et opposition

Mises au point fermes et tensions ont émaillé la séance du conseil municipal de Thann, vendredi soir. Divers travaux de voirie, à la collégiale et à l’Engelbourg, figuraient à l’ordre du jour.


L’immeuble, 9 faubourg des Vosges, ancienne propriété Stamm, a été vendu au garage Ford (à droite). Photo L’Alsace/M.T.
L’immeuble, 9 faubourg des Vosges, ancienne propriété Stamm, a été vendu au garage Ford (à droite). Photo L’Alsace/M.T.

C’était la dernière séance de l’année, visiblement marquée par l’ambiance de l’actualité nationale et des tensions politiques accentuées par la proximité des élections régionales.

Le maire, Romain Luttringer, a demandé d’observer une minute de recueillement à la mémoire des victimes des attentats parisiens. Par la suite, lorsqu’il fallait aborder les points financiers, le maire a tenu à réagir aux propos exprimés dans le magazine Le Bangard , diffusé en novembre par le groupe minoritaire en martelant : « Je m’inscris en faux dans ces écrits stériles et je soutiens Gilbert Stoeckel pour son sérieux et sa détermination, en dehors de toute idéologie doctrinale ! »

Quant à Gilbert Stoeckel, son premier adjoint, qui siégeait aux finances dans la précédente municipalité, il a soutenu qu’il était bien informé de la gestion alarmante des finances, mais n’ayant pas eu à ce moment le pouvoir de réagir à cette situation financière, il a déclaré : « Le seul parti que je veux servir, actuellement, est celui des Thannois ! »

Vincent Bilger quitte le groupe minoritaire

D’autres passes d’armes ont émaillé la réunion, entre Nicolas Morvan et le maire. Quant à Vincent Bilger, ancienne tête de liste de l’opposition « Thann 2014 », il a tenu à se démarquer. « Des événements récents, directement liés aux élections régionales, m’ont convaincu de la nécessité de quitter le groupe minoritaire… Je continuerai, comme je m’y efforce depuis notre élection, à être une force de proposition, privilégiant le débat d’idées. »

Parmi les principaux points débattus : le réseau d’antennes destiné aux compteurs Gazpar exigeant un accord de la Ville. Parmi les six, certains seront installés près du Relais culturel et d’autres au voisinage des écoles. « Je m’inquiète quant à la nocivité de ces ondes, au nom du principe de précaution, je m’abstiendrai », a défendu Claudine François-Wilser, qui s’est abstenue, avec six autres élus.

Plus consensuel, le programme de travaux exposé par Charles Schnebelen, à la collégiale et à l’Engelbourg : 260 000 € pour la grande nef, financés par la Drac (État) à 40 %, par la Fondation pour la collégiale (28 %), et la Ville (28 %). « Le somptueux édifice, fierté des Thannois, sera paré pour l’année 2016, celle du 500e anniversaire de son achèvement, en 1516 ». Pour l’Engelbourg, une nouvelle tranche sera financée par la Ville (20 000 €), l’État (40 000 €) et le Département (40 000 €).

Pour sécuriser les alentours de l’école Helstein, des travaux vont être entrepris prochainement, rue Kléber et rue du 7-Août. Parmi les autres mesures, dont certaines appuyées par l’opposition, on note la vente du bâtiment situé au 9 faubourg des Vosges (ancienne propriété Stamm) au garage Ford voisin, pour 60 000 €. Des associations y avaient stocké décors et accessoires.

Le reste en bref

Subventions. Dans le cadre du soutien aux ravalements de façades à la SCI THOM (Thomas Gutleben) au 64 rue de la 1re -Armée (2446 €) et au 66 rue de la 1re Armée (657 €) ; à Nikel Services (Abdelmajid Kamal), pour l’immeuble au 5 rue Gerthoffer (1600 €).

Versements anticipés au Relais culturel (70 000 €), au centre socioculturel (90 000€), au CCAS (12 000 €).

Zac du Blosen. Un avenant a été adopté avec Citivia SPL (anciennement Serm), pour prolonger le traité de concession de la Zac du Blosen.

Un autre avenant concerne la modification du chauffage des bâtiments communaux, avec mise en place d’une nouvelle chaufferie équipée d’une chaudière au gaz.

Thann Vœux : le discours optimiste de Romain Luttringer

 

Mercredi soir, au Relais culturel, Romain Luttringer, maire de Thann, a présenté des vœux empreints d’optimisme, avant d’honorer deux Thannois méritants ainsi que les lauréats du concours de fleurissement.

 

Les lauréats du concours des maisons fleuries 2015. Photo L’Alsace/M.T. Les lauréats du concours des maisons fleuries 2015  Photo L'Alsace / Michel Tschann
Les lauréats du concours des maisons fleuries 2015. Photo L’Alsace/M.T. Les lauréats du concours des maisons fleuries 2015  Photo L'Alsace / Michel Tschann

 

« Notre rendez-vous de ce soir fait partie des traditions qui entretiennent la flamme de la convivialité », a souligné Romain Luttringer, maire de Thann, en adressant ses vœux à ses invités, mercredi soir au Relais culturel, qui était archi-comble. Une tradition que le maire de Thann a toutefois voulue sobre et limitée à son unique discours.

Départ de Jean-Jacques Altmeyer

Discrétion, également, du décor : un simple élément qui ornait la fontaine Saint-Thiébaut, disposé sur la scène. Et sur l’écran, un cliché du même endroit pour rappeler l’ambiance chaleureuse du marché de Noël 2015. Le maire a remercié Cathy Piat, de Robin d’Émoi, pour ses superbes décors, et Thierry Fimbel, chargé de la photothèque de la Ville.

Il a également exprimé sa gratitude aux musiciens de l’Ensemble instrumental de Thann et au personnel de la Ville, signalant au passage le départ à la retraite du directeur général des services, Jean-Jacques Altmeyer (chaleureusement applaudi), qui sera remplacé cette année par Anne Duchêne.

Puis Romain Luttringer a évoqué l’actualité nationale, devant la nombreuse assistance où figuraient notamment Daniel Mérignargues, sous-préfet, Michel Sordi, député-maire de Cernay, Jean-Paul Omeyer, conseiller régional, Raphaël Schellenberger, conseiller départemental, Laurent Lerch, président de la comcom de la Vallée de la Doller et du Soultzbach, les maires de la comcom de Thann-Cernay, ainsi que les personnalités religieuses et représentants des services de sécurité, du secteur associatif, du monde économique…

Le maire a estimé que « les événements tragiques qui ont marqué 2015 ne peuvent être passés sous silence, car ils impactent notre territoire, notre conscience, notre personne, notre relation à l’autre… »

Rassembler et construire

Sur le plan local, en revanche, Romain Luttringer s’est montré plus rassurant, moins alarmiste qu’en début de mandat. Il a affirmé son souhait de rassembler « des compétences de personnes issues d’horizons divers mais capables de s’unir… ». Un optimiste appuyé par une citation de Joël de Rosnay : «Des faits positifs reliés entre eux nous aident à avoir l’envie de construire demain, les mois qui viennent, l’avenir. » Et d’ajouter : « Oui, je suis de ceux qui souhaitent que l’on recouvre l’optimisme ! »

L’année écoulée a été marquée par des réalisations et améliorations qui ont valorisé la ville dans de multiples domaines : épicerie sociale, Restos du cœur, écoles, locaux associatifs, centre socioculturel, sécurité, économies de chauffage aux ateliers municipaux et d’éclairage public, poursuite du programme de sauvegarde de l’Engelbourg et de la collégiale, évolution positive du dossier de l’hôpital et du pôle de santé, redynamisation du centre-ville…

Cette année, il restera à régler « l’épineux problème de la Zac Saint-Jacques ». Également au programme, le 500e anniversaire de la flèche de la collégiale et le lancement des réunions de quartiers

samedi 28 février 2015 

Pays THUR-DOLLER Des idées constructives pour améliorer la qualité de vie

Le conseil de développement du Pays Thur-Doller, présidé par Régis Absolu, qui s’est réuni récemment au Pôle ENR, à Cernay, a émis une vingtaine de propositions d’études.

Des idées constructives pour améliorer la qualité de vie au Pays Thur-Doller ont émergé des différents ateliers mis en place par le conseil de développement. Photo L’Alsace/M.T.
Des idées constructives pour améliorer la qualité de vie au Pays Thur-Doller ont émergé des différents ateliers mis en place par le conseil de développement. Photo L’Alsace/M.T.

« Soixante conseillers, soit 98 %, ont participé à cette rencontre plénière destinée à mieux se connaître et faire émerger de nouvelles idées » , relève Régis Absolu, président du conseil de développement du Pays Thur-Doller, élu en décembre dernier. Créée il y a une douzaine d’années, cette instance représentant la société civile s’est affirmée au fil des ans comme une force de proposition, en ouvrant un dialogue constructif avec les élus du syndicat mixte du Pays Thur-Doller. Parmi ses membres, les trois quarts sont des bénévoles, fraîchement élus et prêts à participer aux travaux du conseil et à ses différents ateliers.

Régis Absolu a mis en place des ateliers pour débattre de huit thèmes distincts. À charge pour chaque participant de plancher au moins dans trois ateliers. « Au final, le ressenti des gens, autour des différentes tables, a été très constructif et de nouvelles pistes ont été dégagées », se réjouit le président.

Francis Martin, vice-président, de Steinbach, président de Clemessy Télécommunications, à Wittelsheim, a listé une vingtaine de propositions, destinées essentiellement à améliorer la qualité de vie dans la région Thur-Doller.

La télécabine ressurgit…

Concernant le volet commerce et économie, on encourage les circuits courts et l’harmonisation fiscale des politiques d’accueil des entreprises. Pour la santé et les services à la population, une évaluation de l’accessibilité des lieux ouverts au public sera engagée et un inventaire des offres de santé sera dressé (hôpitaux, Ehpad, crèches).

Dans le domaine du tourisme, il s’agit d’inventorier les activités et événements et de promouvoir la liaison par câble entre Wesserling et le Markstein. Pour les économies d’énergie, c’est la promotion de l’isolation des bâtiments et des productions alternatives (éolien, voltaïque, bois déchets). Pour le transport, on dresse le bilan du tram-train et du service à la demande, offert par le Boug’Enbus, en vue d’une extension dans la vallée de la Doller. Il est question aussi d’un parking pour le covoiturage. Des solutions sont à l’étude pour « désaturer » la RN 66 ainsi que pour la création de pistes cyclables spécialisées.

Enfin, pour le volet culturel, la coordination des programmes d’animations s’impose, avec la création d’un office de la culture commun à tout le territoire et, aussi, des lieux de rencontres pour jeunes et adolescents.

 

mercredi 14 janvier 2015 14:50:26

Pays thur-doller Recenser les candidatures au programme Leader 2015-2020

Mercredi, élus et représentants de la société civile ont visité des équipements emblématiques du Pays Thur-Doller pour mieux définir les projets susceptibles d’être aidés par l’Union européenne.


Les visiteurs ont fait une première étape au Pôle ENR de Cernay, qui œuvre dans le domaine du développement durable et des énergies renouvelables .Photo L’Alsace/M.T.
Les visiteurs ont fait une première étape au Pôle ENR de Cernay, qui œuvre dans le domaine du développement durable et des énergies renouvelables .

Entre 2009 et 2015, une centaine de projets innovants dans le tourisme, l’environnement et le patrimoine ont pu aboutir grâce aux 1 137 500 € des crédits européens du programme Leader, qui vient d’arriver à terme. Déjà, son successeur se profile, pour la période 2015-2020. Le Pays Thur-Doller est sur les rangs afin d’obtenir plus d’un million d’euros de fonds européens, destinés à des projets ruraux du territoire. Pour cela, un travail collectif préparatoire est nécessaire pour recenser les idées innovantes, car le dossier doit être bouclé début mars.

Dynamique territoriale

Ainsi, une trentaine d’élus, personnels intercommunaux, chefs d’entreprises et membres du conseil de développement ont participé mercredi à des visites sur le terrain. La délégation a été accueillie par François Tacquard, président du Pays Thur-Doller, Laurent Lerch, conseiller général, président du Gal (Groupe d’actions locales) et Jean-Paul Omeyer, son prédécesseur au Gal et vice-président du conseil régional.

« La Région Alsace a son mot à dire. Ce n’est pas tant l’argent qu’il faut chercher, mais la volonté d’afficher des projets bien ciblés, dans une dynamique territoriale. Je siège dans la commission qui attribue les crédits et je me ferai l’avocat de notre territoire », a annoncé Jean-Paul Omeyer.

Le premier arrêt, à Cernay, concernait le Pôle ENR (énergies nouvelles et responsables), classé au niveau national parmi les 100 bâtiments témoins à énergie positive. Il a été présenté par Matthieu Herrgott, responsable du pôle développement à la communauté de communes. Charlotte Lelong a expliqué le fonctionnement de l’Espace info énergie et Alain Bohrer, adjoint, a détaillé la politique d’économies d’énergie de la Ville de Cernay.

Produits laitiers et train touristique

En car, la délégation a ensuite mis le cap sur la vallée de Masevaux, à destination de la ferme Holschlag 2 à Dolleren, pour s’intéresser à une activité centrée sur les circuits courts (production et vente directe de produits laitiers). Élise Higelin, de la ferme Aux Pampilles à Masevaux, en a profité pour exposer sa remorque vitrine réfrigérée. Acquis pour 30 000 € grâce au programme Leader, cet outil a permis de faire 40 % d’économie pour vendre fromage de chèvre, viande de porc et charcuterie sur les marchés de la région.

La dernière étape concernait le rail et le train touristique Thur-Doller Alsace. « Le train touristique génère de la valeur ajoutée dans le territoire. Il a séduit près de 12 000 visiteurs en 2014. Grâce à nos 40 bénévoles, nous disposons d’un savoir-faire dans le domaine de la restauration du matériel » , ont expliqué Romain Tricot, président de l’association, et Jean-Michel Gast, chargé d’études sur le train touristique.

Ces visites vont permettre aux acteurs économiques de définir des projets innovants. Après ce premier diagnostic, les participants ont préparé la conférence territoriale Leader, programmée le jeudi 15 janvier à Vieux-Thann

Vieux-Thann Pays Thur Doller : les nouvelles orientations du plan climat

Le syndicat mixte, présidé par François Tacquard, s’est réuni jeudi soir à l’Embarcadère avec deux points à l’ordre du jour : plan climat et poursuite du programme européen Leader.


Doté d’un conseil syndical aux trois quarts renouvelé et d’un conseil de développement fraîchement élu, le Pays Thur Doller dispose désormais du potentiel nécessaire pour se tourner vers l’avenir.

Un avenir sur le territoire Thur Doller où il sera beaucoup question de qualité environnementale. Dans ce domaine, un travail remarquable a déjà été accompli. Il porte la marque de Ludovic Philippe. Nommé il y a 10 ans sur un poste d’agent territorial chargé du plan climat et du conseil de développement, Ludovic a accompli sa mission avec passion et compétence. C’est pourquoi une importante délégation de conseillers, d’élus anciens et actuels, représentants associatifs, etc. est venue le féliciter au moment du pot de départ. Nommé en Franche-Comté sur un volet formation au pôle énergie, il remplira ses nouvelles fonctions à partir du 1er janvier.

À présent, le plan climat en est à sa 3e phase. Son référent, Guy Staedelin, a été désigné 5e vice-président du syndicat mixte au même titre que Véronique Sengler (6e ), chargée des finances. Une fonction qui lui permettra d’engager la 3e phase de contractualisation du plan avec l’Ademe, la Région Alsace et l’Union européenne sur la période 2015 -2018.

Dans cette optique, un plan de financement de 180 000 € a été approuvé (Ademe 30 %, FEADER : 20 %, Région 20 % et Syndicat mixte 30 % soit 54 000 €). L’une des mesures phare sera l’adhésion au nouveau Service public de l’efficacité énergétique (SPEE) chargé de rénover BBC les logements en Alsace. « 359 000 propriétaires de maisons seront concernés et l’objectif consiste à rénover BBC, 10 000 maisons par an d’ici 2050. Le propriétaire s’adressera à une plateforme locale via l’Espace infos énergie qui le mettra en relation avec l’opérateur régional, explique Guy Staedelin. On ciblera les habitations construites entre 1948/70 parce qu’on connaît les solutions. Le coût d’une telle rénovation est estimé à 70 000 € par habitat mais la standardisation permet d’atteindre 300 €/m² au lieu de 600 €. Le dispositif appliqué à partir de 2016, n’entraînera pas de surcoût pour les collectivités locales car les missions supplémentaires seront accomplies par les deux techniciens en place actuellement… »

Le programme Leader, également, est dans sa phase de transition. « Nous postulons pour un nouveau programme de 6 ans , signale François Tacquard. Entre 2009 et 2015, 100 projets ont été retenus et le Pays a bénéficié d’un million € de subvention. Pour décrocher une nouvelle candidature sur six ans, un bureau d’étude et les réunions ont été programmés dès janvier. » En attendant, les élus ont approuvé le plan de financement 2015, accordé une aide pour communiquer la filière viande (31 715 €) et, suite à la baisse des aides du conseil général, l’autofinancement du pays a été réajusté (6244 € au lieu de 5810 €)

Pays Thur Doller François Tacquard succède à Jean-Pierre Baeumler au poste de président le 27/05/2014François Tacquard (4 e à droite), encadré par les quatre vice-présidents : François Horny, André Moritz (à sa gauche), Laurent Lerch et Christian Beltzung (à sa droite) .Photo M. T.

François Tacquard (4 e à droite), encadré par les quatre vice-présidents : François Horny, André Moritz (à sa gauche), Laurent Lerch et Christian Beltzung (à sa droite) .Photo M. T.

 

Le président et quatre vice-présidents ont été installés dans leurs fonctions, vendredi soir, à l’Embarcadère de Vieux-Thann.

 

Suite aux dernières élections, les délégués de l’intercommunalité, de nouveaux élus pour la plupart, (onze pour Thann-Cernay, sept pour la Vallée de la Doller et du Soultzbach et six pour la Vallée de Saint-Amarin) ont été installés en présence de Jean-Paul Omeyer, ancien vice-président, Michel Habib, conseiller général, Romain Luttringer, président de la communaté de communes Thann-Cernay et Marie-Christine Cholay, vice-présidente du conseil de développement.

Jean-Pierre Baeumler, en tant que président sortant, a ouvert la séance de cette collectivité « née d’une prise de conscience selon laquelle la communauté de communes n’est pas à la dimension d’un certain nombre de défis que doivent relever les territoires, en matière de développement économique, de transport ou encore d’organisation de l’espace ». En dix ans, le travail accompli est impressionnant mais, avec le désengagement de l’Etat, bien d’autres défis restent à relever : quel avenir pour la MEF (Maison de l’emploi et de la formation), le Clic (Centre local d’information et de coordination gérontologique), l’animation économique, une nouvelle candidature au programme Leader, la mise en œuvre du Scot (exécutoire depuis le 21 mai 2014), la mutualisation des structures touristiques vers un office unique ?

« Au-dessus des clivages politiques »

José Schruoffeneger, le doyen, a ensuite pris la présidence, assisté par Jérôme Hammali, pour élire le nouveau président. François Tacquard, vice-président sortant, s’est porté candidat et a été élu avec 23 voix sur 24 (1 vote blanc). Au préalable, il a rappelé que le Pays est avant tout l’outil des trois communautés de communes « au-dessus des clivages politiques » et d’ajouter : « Afin de garantir une gestion collégiale et innovante, un bureau restreint de sept membres veillera à ce que les décisions soient prises collectivement et ma candidature se limitera à deux ans. »

Sur sa proposition, quatre vice-présidents ont été élus dans la foulée en raflant la quasi-totalité des voix. Il s’agit, en tête de liste, de François Horny, maire d’Aspach-le-haut. Il se chargera de l’économie, de la MEF, de la Mission locale. Deuxième vice-président, Laurent Lerch, conseiller général et maire de Masevaux, aura pour mission la poursuite du programme européen Leader. Troisième vice-président, Christian Beltzung, maire de Mortzwiller, s’occupera des services à la population, de Télé Doller et du Train Thur Doller et enfin, quatrième vice-président, André Moritz, président sortant de l’office de tourisme Thann-Cernay, se chargera de la mutualisation des offices du Pays.

Les quatre vice-présidents dirigeront respectivement les commissions économie, Leader, services à la population et tourisme, François Tacquard celle du Scot et deux assesseurs référents suivront les commissions Plan climat (Guy Staedelin) et finances (Véronique Sengler).

Les cinq autres assesseurs élus sont : Jérôme Hammali, Claude Walgenwitz, Auguste Burner, José Schruoffeneger et Catherine Goetschy.

Pays Thur-Doller Dix ans d’un conseil syndical qui a bien grandi

 

Pour évoquer les 10 ans du syndicat mixte, le personnel au complet est venu assister à la séance plénière. Au premier rang (deuxième à gauche), la directrice Sonia Lévêque.  Photo M.T.

Pour évoquer les 10 ans du syndicat mixte, le personnel au complet est venu assister à la séance plénière. Au premier rang (deuxième à gauche), la directrice Sonia Lévêque.  Photo M.T.

 

Le conseil syndical du Pays Thur-Doller s’est réuni vendredi soir à Vieux-Thann. Cette 50e séance a été l’occasion de tracer la rétrospective d’une instance qui n’a cessé de grandir.

 

 

La 50e séance plénière du conseil syndical du Pays Thur-Doller avait des allures de bilan. « Nous avons vécu une belle aventure », a souligné le président Jean-Pierre Baeumler, impliqué dans la structure dès l’origine, en 1999. Sonia Levêque, la directrice, en poste depuis 2001, a retracé la décennie du syndicat mixte, l’organe décisionnel du Pays, qui, depuis 2004, n’a cessé de se développer.

Quelques chiffres ont été évoqués, comme le budget, passé de 266 000 € en 2004 à plus de 1,6 million en 2013. Côté personnel, le dernier technicien, Alexandre Marguery, recruté le 1er janvier, est chargé du suivi et de l’animation du Scot (Schéma de cohérence territoriale).

Orientations budgétaires

De leur côté, les élus issus des trois communautés de communes (Thann-Cernay, Saint-Amarin et Masevaux) apprécient le travail de cette jeune équipe qui planche sur des dossiers souvent complexes. Les décisions, qui se prennent généralement à l’unanimité, malgré les différences politiques, touchent de nombreux domaines : développement économique et programme européen Leader (Jean-Paul Omeyer), environnement, climat et transports (Éric Gignet), cohérence territoriale (Roger Gaugler), services à la population (Michel Habib), tourisme (François Tacquard).

La séance de vendredi portait sur les orientations budgétaires. En voici le détail.

Concours Alsace Innovation et Innov’jeunes : 3000 € ; animation économique : 1000 € ; tourisme : 5000 € (Hautes Vosges randonnées et réseau de gîtes) ; Movelo (location de vélos électriques) : 3765 € ; lancement de la marque Hautes Vosges d’Alsace : 20 000 € ; climat énergie : 15 000 € ; formations 4000 €, communication 27 000 € ; sensibilisation 8500 €, espace Info énergie 7500 € ; Scot : 15 000 €; démarches nouvelle candidature Leader 2014-2020 et communication : 20 000 € ; conseil de développement (supports de communication) : 7000 € ; Télé Doller (étude de redéploiement sur le Pays) : 20 000 €.

Autres dépenses : Clic (prévention des risques liés au vieillissement et promotion de la santé) : 24 850 €.

Un tournant

Toutes ces décisions s’inscrivent dans la logique des années précédentes. Cependant, 2014 sera marquée par un tournant, en raison du renouvellement des élus après les élections et la transformation du Pays en Pôle d’équilibre territorial et rural, selon la loi Mapam (Modernisation de l’action publique et affirmation des métropoles).

Maires Dernière assemblée générale avant les élections le 19/02/2014

 Les maires du Haut-Rhin ont tenu leur assemblée générale annuelle samedi au Relais culturel de Thann. En marge de la partie statutaire, les échanges ont porté sur des réformes engagées par l’État : rythmes scolaires, droit du sol, finances locales, taxes sur la consommation finale d’électricité et plusieurs retours d’expériences de la journée citoyenne.

Maires et autres élus municipaux, futurs candidats et maires sortants… Ils étaient plus de 200 à participer à l’assemblée générale de l’Association des maires du Haut-Rhin. (AMHR). René Danési, le président, a voulu rendre hommage aux maires sortants qui ont contribué à faire vivre l’association. « Quant aux collègues qui se représentent aux élections du 23 mars, je souhaite que vos concitoyens vous renouvellent leur confiance » , a-t-il ajouté.

Dans un premier temps, les élus ont approuvé à l’unanimité les propositions du comité, notamment le budget prévisionnel fixé à 350 100 €. Les principaux crédits seront affectés à la formation des nouveaux maires et à la refonte du site internet. Quant aux cotisations versées par les 377 communes haut-rhinoises, leur montant est fixé selon la taille démographique, soit 0,33 € par habitant (pondération au-delà pour les villes de plus de 50 000 habitants).

À l’évidence, la charge de maire est devenue complexe et contraignante. L’intérêt du débat qui a suivi la partie officielle était de soutenir les échanges d’expériences pratiquées par les premiers magistrats de diverses communes. « Tout gouvernement doit renoncer à se lancer dans des réformes uniformes souvent appliquées dans des délais trop courts, a estimé René Danési, il faut tenir compte de la personnalité de nos territoires. » Parmi ces réformes : la taxe sur la consommation finale d’électricité, les rythmes scolaires, les plans locaux d’urbanisme, les finances locales… Réformes mal accueillies dans bien des cas, surtout lorsqu’elles pénalisent les communes rurales moins équipées et mal desservies par les lignes de transport. « Si le maire perd son pouvoir en matière d’urbanisme, il n’aura plus de pouvoir » , s’est alarmé Jean-Marie Freudenberger, maire de Wittersdorf.

Dans un autre registre, plus optimiste, Fabian Jordan, maire de Berrwiller, Josiane Mehlen, de Morschwiller-le-Bas, et Vincent Hagenbach, de Richwiller, ont transmis les réussites des journées citoyennes entreprises dans leur commune respective. « Avant, on ne se parlait plus, mais, au fil des ans, les liens entre groupes isolés se sont renforcés et toutes les générations ont mis du cœur à l’ouvrage : travaux de peinture, d’isolation de locaux, même une vigne a été récemment plantée par les bénévoles à Berrwiller, commune solidaire et résolument tournée vers l’avenir », s’est enthousiasmé le maire. En clôture de la réunion, une convention de partenariat a été signée entre l’AMHR et le groupement de gendarmerie départementale